Des seniors au service du monde économique

Créé le jeudi 29 janvier 2009 18:12
Mis à jour le dimanche 22 avril 2012 18:23
Publié le jeudi 29 janvier 2009 18:12

C’est un réseau en France d’un peu plus de 3000 experts bénévoles. Tous anciens dirigeants, ou cadres d’entreprises, qui ont choisi, après avoir quitté la vie active, de rester en contact avec le monde économique. ECTI, (Échanges et Consultations Techniques Internationaux) existe en France depuis plus de trente ans, et depuis une vingtaine d’années dans la Loire, où les deux antennes, Saint-Étienne et Roanne, comptent quarante-deux bénévoles. Leur domaine d’intervention? « Les PME et les TPE », indique Jean-Pierre Chaussard, délégué pour la Loire d’ECTI. Les bénévoles de l’association sont là pour les accompagner dans un projet de développement, en France ou à l’étranger, sans se substituer à un consultant ou à un expert professionnel. « Nous avons des choses à transmettre, pas dans le domaine de la technologie où les choses évoluent très vite, mais dans le savoir-être, la compétence, l’expérience… » L’association est aussi présente au sein des chambres consulaires (commerce et artisanat), où elle accueille et suit les créateurs d’entreprises.

 

Elle dispose également d’un groupe de travail formation, et fait de l’accompagnement d’élèves ou étudiants. Enfin, elle est fortement impliquée dans le domaine de l’insertion sociale.

ECTI participe à des actions de prospection avec les chambres de commerce et des métiers, avec les syndicats patronaux auprès de ceux qui, potentiellement, peuvent avoir besoin de ses services. « Notre force, c’est aussi notre disponibilité », poursuit Jean-Pierre Chaussard. Une disponibilité qui leur permet aussi d’accompagner les entreprises autant en France qu’à l’étranger.

Dans la Loire, ECTI réalise chaque année une douzaine de missions en France, en dehors de celles qu’elle mène avec les chambres consulaires. Des missions que l’association souhaite poursuivre cette année pour apporter un coup de pouce aux entreprises et les aider à passer le cap de la crise.

Christine Colomb source le progrès 29/01/2008