Eglise Saint-Roch

Traduction

French Afrikaans Albanian Arabic Armenian Azerbaijani Basque Belarusian Bulgarian Catalan Chinese (Simplified) Chinese (Traditional) Croatian Czech Danish Dutch English Estonian Filipino Finnish Galician Georgian German Greek Haitian Creole Hebrew Hindi Hungarian Icelandic Indonesian Irish Italian Japanese Korean Latvian Lithuanian Macedonian Malay Maltese Norwegian Persian Polish Portuguese Romanian Russian Serbian Slovak Slovenian Spanish Swahili Swedish Thai Turkish Ukrainian Urdu Vietnamese Welsh Yiddish

abeilles

Jeu: Pyramide

Jeu: Grenouille

Un peu d'histoire

Eglise Saint-Roch


    La peste de 1586 et de 1643 fit de nombreuses victimes à la Tour.
    On enterrait les morts à Montreynaud. Dans un testament du 15 octobre 1586, dicté par la fenêtre au notaire qui se tenait devant la maison, Julienne Martin, femme de François Perrotin, atteinte du mal contagieux, lègue une rente pour une messe qui doit être célébrée par les prêtres de la Tour, tous les ans, le jour de la fête des Trépassés, après la Toussaint, au lieu du cimetière de Montrenost si on y édifie une chapelle.

    Ce testament prouve qu'on avait alors le projet de bâtir une chapelle à "Montrenost". C'est probablement l'origine de la chapelle de Saint-Roch au lieu du Gas en bas de Montreynaud. Elle ne fut bâtie pourtant que bien plus tard, peut-être à l'occasion de la peste de 1643. En tout cas elle existait en 1666, car on trouve à cette date la fondation d'une messe annuelle à la fête de Sainte-Anne en la chapelle de Saint-Roch( protecteur des pestiférés).

    Après l'épidémie de 1624 à 1629, les paroissiens de la Tour avaient émis le vœu d'ériger une croix pour attirer la clémence divine lorsque les épidémies se déclaraient, les mourants eux-mêmes le demandaient pour les vivants. C'est ainsi que Julienne martin faisait inscrire ce désir dans son testament. Mais ce vœu ne fut exaucé qu'en 1658, à la suite de l'épidémie qui avait débuté en 1643. la croix érigée au carrefour "La malardière", au pied de la Tour, sur la route nationale N°498, a porté pendant trois cents ans l'inscription suivante: "Ici s'est arrêtée la peste en 1658". En 1850 un paroissien de la Tour, Monsieur Paillon-Peyret avait pris à ses frais la restauration de cette croix. L’inscription disparut hélas lors de l'aménagement du carrefour.

    En 1654, mourrait à La Tour, le curé Jean Toizat, Docteur en théologie, neveu et héritier du curé de Saint-Étienne, Jacques Toizat, mort en 1643, victime lui aussi de son dévouement aux pestiférés. En 1654, la mortalité fut très grande à La Tour. Les décès s'élevèrent à 126 au lieu de 15 (moyenne d'alors). C'était l'époque de la misère et de la famine. Le pays de Jarez fut ravagé en même temps par la guerre, la famine et la peste

Copyright © 2018 La Tour en Jarez - Tous droits réservés
Joomla! est un Logiciel Libre diffusé sous licence GNU General Public
Original Solarflare design by Rhuk lunarized by Joomlashack modified by Sysinfomac

Galeries Photos

This slideshow requires Adobe Flash Player 10.0 (or higher). JavaScript must be enabled.



Météo


Array ( [0] => stdClass Object ( [filename] => comite.jpg [urlclick] => comite-jpg [pubparams] =>

url_click="http://coinche-stephanoise.com" |

[monrep] => publicite ) ) |/publicite/comite.jpg|
/web/sysinfomac/www/|http://sysinfomac.fr/publicite/comite.jpg|
quel click